Le calcul du prix de revient

à l'attention d'un nul

 

La classification des coûts

Les coûts peuvent être classés en 2 catégories

      1. Les coûts variables
      2. Les coûts fixes

Dans le transport routier (marchandises ou voyageurs) nous sommes prestataire de service et nous vendons du kilomètre.
Pour réaliser ces kilomètres , il faut du temps.

Les unités d'œuvre

  1. Pour les charges variable l'unité d'œuvre est le kilomètre.
  2. Pour les charges fixes l'unité d'œuvre est la journée. (le nombre d'heures quotidienne, mensuelle et annuelledoit être prévue dans les calculs)

 

Les coûts seront différents selon l'activité exercé :

  • Longue distance, courte distance, lot complet ou 1/2 lot, citerne, benne....en marchandises
  • Occasionnel régional, national ou international ; ligne régulière urbaine et non urbaine en voyageurs

 

Les COÛTS VARIABLES

Les frais variables varient en proportion de l’augmentation ou de la diminution du volume de kilomètres vendus. Ces frais sont habituellement identifiables et faciles à calculer. "Plus on roule plus on consomme"

Dans le transport, on retrouve généralement dans cette catégorie :

  • Les matières premières (carburant);
  • l'entretien du véhicule (vidange, réparation, lavage, ad-blue)
  • les pneumatiques

Certaines entreprises considèrent que les péages d'autoroute sont une charge variable. Cela augmente inutilement le chiffre d'affaire avec les conséquences qui s'y rattachent. (taxes sur CA, IFA, Obligation de nommer un commissaire aux comptes ...)

D'autres facturent les péages en "débours" : solution plus réaliste. Et en cas de péage de tunnel ou de ferry c'est la seule méthode intelligente à appliquer.


Les COÛTS FIXES

Les coûts fixes, c’est-à-dire ceux qui ne sont pas identifiés comme variables, se retrouveront dans les coûts fixes. Ils sont souvent périodiques et ne fluctuent pas, ou très peu, en fonction du volume des ventes. Ils ne sont pas cependant fixes à 100 % puisqu’en dehors d’un certain niveau d’activités, ils peuvent augmenter ou diminuer. Par ailleurs ils sont difficilement compressibles.

Conducteur (tous les coûts liés à un conducteur attaché à un véhicule désigné)

    • Le salaire du conducteur sur une base réaliste maxi 200 heures/mois
    • le salaire du conducteur de remplacement, si vous utilisez le véhicule + de 200h/mois ou tous les jours de l'année
    • Les charges sociales afférentes à ces salaires
    • Les frais de déplacement en fonction du nombre de jours travaillés

Véhicule (tous les coûts liés à un véhicule désigné : 2356ASD75)

    • l'amortissement annuel du véhicule (et de la remorque éventuellement) en valeur de renouvellement
    • les visites techniques
    • les taxes (taxe à l'essieu pour les marchandises)
    • les assurances du véhicule (responsabilité civile véhicule, vol, incendie ...)
    • les assurances marchandises ou bagages
    • les coûts liés au financement du véhicule (et de la remorque)

Structure (tout ce qui concerne le fonctionnement de l'entreprise)

    • Frais administratif (salaire du chef d'entreprise, du personnel hors conducteurs sans oublier les charges)
    • Frais commerciaux (commercial, publicité....)
    • Impôts et taxes (IS, taxe professionnelle ....)
    • le local commercial (bureau atelier : location ou amortissement)
    • les frais bancaires (agios, ..........................................................................il y en a beaucoup donc beaucoup de points de suspension.)
    • les assurances (local, RC chef entreprise .........)
    • Les véhicules de service et du chef d'entreprise

 

Les FORMULATIONS

Le trinôme

  • Cout variable par kilomètrre
  • coût conducteur par jour (on peut aussi calculer un coût horaire)
  • coût fixe véhicule par jour incluant la quôte-part des charges de structure

Le poste conducteur est individualisé.

M DURANT coûte plus cher car il est plus ancien donc plus d'expérience que M DUPONT qui lui vient d'être embauché.

C'est utile quand les conducteurs et les véhicules sont désolidarisés. Ou quand on est amené à mettre en place des doubles équipages.

 

Application

  • variable : 0,30€/km
  • conducteur : 200€/jour
  • véhicules : 150€/jour
  • 120 000km/an en 240 jours

Quel est le prix de revient d'un transport sur 890 km et 2 jours ?

 

(0,30 x 890km) + (200€ x 2 jours) + (150€ x 2 jours) = 967€

 

Le binôme

  • Cout variable par kilomètrre
  • coût fixe véhicule par jour (conducteur par jour + coût véhicule + la quôte-part des charges de structure)

 

Application :
  • variable : 0,30€/km
  • véhicules : 350€/jour
  • 120 000km/an en 240 jours

Quel est le prix de revient d'un transport sur 890 km et 2 jours ?

 

(0,30 x 890) + 350€ x 2 jours) = 967€

Le monôme

Méthode simpliste et risquée.Tout est variable

  • Prix de Revient Kilométrique : PRK

 

Application :
  • PRK 1€/km
  • 120 000km/an en 240 jours

Quel est le prix de revient d'un transport sur 890 km et 2 jours ?

 

1 €/km x 890 km = 890 € ..on perd de l'argent ici !!! car on ne prend pas en considération le TEMPS.

 



De l'intérêt du seuil de rentabilité

 

Le seuil de rentabilité (ou point mort) correspond au CA pour lequel on n'a ni perte, ni bénéfice.

Cela nous permet de connaître à partir de quel moment (en jours, en kilométres, en rotations ou en chiffre d'affaire) on a couvert TOUS les coûts fixes en tenant compte des coûts variables.

Pour obtenir ce seuil, il convient de classer les charges selon 2 catégories (méthode binôme) :

Charges variables = "plus je produis (de km), plus je consomme..."
Charges fixes = Quelle que soit la distance parcourue, l'Entreprise.supporte les mêmes charges (amortissement, location, téléphone...)

Le seuil de rentabilité se calcule sur une période définie. ( plus généralement l'année mlais aussi selon un nombre de rotations prévues)
De façon à ce que les coûts fixes puissent être déterminées en fonction de cette période.

La détermination du seuil de rentabilité s'obtient à partir de 3 éléments :
Le chiffres d'affaires réalisé: il peut être annuel ou au kilomètre
Les charges variables . (CV)
Les charges fixes. ( CF)

Les calculs qui permettent d'obtenir le seuil de rentabilité se font en 3 étapes :
La marge sur coût variable. ( MCV)
Le taux de marge sur coût variable. (= tx MCV)
Le seuil de rentabilité.

 
DÉTERMINATION du SEUIL de RENTABILITÉ

Méthode 01

Exemple : CA 1,5€/km, Coût variable 0,47€/km total charges fixes pour 120 000 km 100 000 €

Seuil de rentabilité

  • en kilomètres : = 97 087 km
  • En chiffre d'affaire 97 087 x 1,5€/km = = 145 631 €


A chaque kilométre vendu au dessus de 97 087km l'entreprise dégagera un bénéfice de 1,03€/km jusqu'au 120 000 km prévus.

 

Méthode 02

Exemple : CA 1,5€/km, Coût variable 0,47€/km total charges fixes pour 120 000 km 100 000 €

Seuil de rentabilité

  • en kilomètres : 120 000 x 0,80906 = 97 087 km
  • En chiffre d'affaire 180 000 x 0,80906 = 145 631 €

 

Et en cas de perte : comment calculer ?

Prenons un exemple simple

Sur une base de 365 rotations par an et 164 250 km/an soit 450km/j. (Vous êtes en température dirigée donc c'est envisageable).

Coût variable 0,50€/km et Coût fixes 390€/jour. On vous propose 580 euros par rotation.

Quel est votre seuil de rentabilité en nombre de rotations ?

365 rotations x 1,09859 = 401 jours

Ce résultat théorique est IMPOSSIBLE à réaliser en une année !!! De plus il est calculé avec les charges fixes d'une année.

 

CONCLUSION

Quand on est en perte, il est stupide de calculer ce que l'on pourrait éventuellement faire en rotations supplémentaires.

Quand on est en perte, il faut réduire les coûts et/ou vendre plus cher !!!

 

 
 

 

Le site internet du CNR vous aidera énormément avec ses explications et ses simulations.