Phil m'a donné l'autorisation de lui piquer ce texte .....qui se trouve aussi sur son site fierdetreroutier.com

Ce texte nous permet de comprendre pourquoi les conducteurs ne recoivent pas tous une bonne formation FCOS et/ou FIMO

Souhaitons que les contrôles s'intensifient dans les centres de formation ..et......sur la route. Car cela élimine les "mauvais"

Pmoioui

Une visite dans un ( grand centre de formation )

avec âne onyme

Cette visite s'est effectuée comme beaucoup d'autres à l'impromptu sans en avoir averti personne ben oui, c'est bien mieux ainsi.

Arrivé à 8 h dans ce centre de formation pour conducteurs routiers possédant les agréments ( DRE ) FIMO et FCOS, sans compter d'autres agréments…..qui ne nous concernent pas.

Nous rencontrons une charmante personne à l'accueil et nous demandons ou se situe le stage FCOS ( c'était un lundi ) et pas de bol, elle nous demande lequel, mon collègue lui dit : transport public de marchandises.

Elle nous indique un numéro de salle, on ne s'est pas présenté, donc on se rend à la dite salle . Fermée il y a d'autres personnes qui attendent, certainement des conducteurs , on leur demande si c'est bien ici la FCOS ils nous répondent que oui. On leur demande à quelle heure ils ont étés convoqués ils répondent 8 h 30.

A 8 h 30 toujours personne à part d'autres conducteurs arrivés entre temps. Enfin arrive ce qui doit être le formateur ( il a pleins de papiers sous le bras ) il est 8 h 45, il s'excuse pour le retard du à la perte d'un dossier, bon, pas grave, il ouvre la salle, les gens s'installent un peu dans le fouillis, la salle n'est pas prête, il faut bouger tables chaises ect….on se regarde avec mon collègue et on s'installe avec les autres sans rien dire.

Le formateur nous distribue des feuilles à remplir….bon, on va arrêter, on ne va pas quand même se faire passer pour des stagiaires, ça serait malvenu. On appelle le formateur et on lui explique qui on est bien évidemment on lui montre nos cartes professionnelles. Il devient livide, on comprend pas pourquoi, il nous dit qu'il va chercher le responsable du centre…bon.

On se lève et on sort dans le couloir, arrive un costard cravate qui nous dit : mais je n'ai pas été prévenu de votre visite ( il aurait pu passer au moins par la case bonjour ) On lui dit..Ah bon ? certainement un oubli du secrétariat, mais c'est pas grave. Il nous demande nos cartes professionnelles, décidément, la confiance règne ici, on lui présente…..il ne peut que constater.

Pendant qu'on est au présentation on lui demande le numéro d'agrément de son centre, bien sur il ne le connaît pas, il va le chercher, en fait c'est la secrétaire de direction qui revient avec le dossier…..merci madame.

Bon et notre formateur il est ou ? ben dans la salle il s'occupe des papiers et oui. On va le trouver en lui expliquant que nous voudrions voir son agrément FCOS. Tout surpris par cette question, il nous dit, moi je n'ai rien……Il va chercher le costard cravate qui arrive un peu énervé.

Que se passe-t-il ? On lui demande l'agrément FCOS de son formateur. Réponse : le formateur travaille sous le couvert de l'agrément du centre…..ok, c'est une possibilité en effet, mais à ce moment la, le centre de formation prend tous les risques.

On repart dans la salle ou le formateur s'active. Enfin on rentre dans le vif du sujet, on est attentif à ce qui se dit, le stage est plutôt vivants, les conducteurs pour la plus part des vieux briscards, ils connaissent leur boulot c'est sur. Plusieurs thèmes sont traités, on prend des notes, sans plus, de toutes façon on interviendra pas directement pendant la formation ( en principe )

Arrive tranquillement le repas du midi et on décide d'aller déjeuner avec les conducteurs qui connaissent un bon resto. Repas très convivial au demeurant, dommage il manquait notre formateur.

L'après midi, sécurité pendant les opérations de manutentions ect…..sécurité pendant la conduite du véhicule, respect des autres usagers, responsabilités des divers intervenants, transporteurs, expéditeurs destinataires, chargeurs, les conducteurs participent activement, beaucoup de questions, des réponses fiables mais pas argumentées….sans aucune preuve de véracité. A un moment un conducteur demande si il pouvait avoir un texte concernant les temps d'attentes. Réponse : ce texte n'existe pas ah ? ben si il existe il est là :

Loi d'orientation des transports intérieurs Article 32
Les contrats de transport routier de marchandises doivent prévoir, à peine de nullité, l'estimation des temps nécessaires à l'exécution des différentes tâches et les modalités de calcul, d'une part, de la rémunération des transporteurs lorsque les temps alloués sont dépassés du fait de l'expéditeur, du commissionnaire, du destinataire ou de tout autre donneur d'ordre de fait, d'autre part, des pénalités dues par le transporteur lorsque le dépassement est de son fait.

Et le texte complet ici : http://www.legifrance.gouv.fr/texteconsolide/ACHFQ.htm .

Bon, on prend note on verra plus tard, la journée se termine, on attend que les conducteurs partent et on va trouver notre formateur on lui dit pour les textes et si il veut on lui ramènera tout cela demain. Parce que demain vous revenez ? Ben oui, en ce moment on a que ça a faire alors….il veut bien qu'on lui ramène les textes.

Le lendemain, nous sommes fidèles au poste, nous avons vu notre formateur lui avons remis les textes pour qu'il les donne aux conducteurs qui en feront la demande. Le problème c'est que tout le monde voulait ce texte, le formateur précise qu'il fera des photocopies pendant la pause du matin.

On arrive tranquillement au volet réglementation de notre formation, ça se corse, beaucoup de questions, des exemples ect…..le formateur semble débordé, il y a de quoi je l'admet. Il s'en sort pas mal, reprend les questions une par une tente de répondre le plus justement possible en évitant d'être trop précis. Mais voilà, nos conducteurs veulent tout savoir et je les comprend bien, donc ils insistent notamment sur la circulaire du carré barré, les repos hebdomadaires ect……le formateur s'embrouille et les conducteurs s'énervent.

Je me lève, prend la parole et explique la réglementation complète de A à Z, sans rien oublier et réponds aux conducteurs qui se sont apaisés. On a pas vu l'heure, pas fait de pause et il est 12 h 30. Bon on va déjeuner, cette fois avec le formateur.

Il nous dit pendant le repas : heureusement que vous étiez la sinon j'étais dans la merde ! On lui répond qu'un stage de conducteurs confirmés doit se préparer avec soin, ce ne sont pas des débutants, ils connaissent bien leur métier, ils n'ont pas le temps de lire toute cette réglementation donc ils comptent beaucoup sur ces stages pour se renseigner du mieux possible. On lui demande si ça fait longtemps qu'il fait ce travail ? 2 ans et il a a faire plutôt à des jeunes qui ne posent pas toutes ces questions.

L'après midi on repasse la main au formateur et….on va quand même pas faire son travail ?

Ça recommence une série de questions sur le fractionnement du repos journalier, on entend de tout ou presque. Le formateur s'en sort plutôt bien, mais les conducteurs veulent des textes encore des textes….ben oui normal non ? on leur donne un lien internet, ça les apaisent .

Ça repart avec une histoire d'accident pendant le déchargement le chrono étant resté sur repos……putain, mais c'est des hargneux ces types loll.

Le formateur explique que dans tous les cas le conducteur est sous la responsabilité de son employeur. Le conducteur peut très bien oublier de manipuler son sélecteur d'activité, il est en infraction au regard de la RSE, mais pas au code du travail, il sera donc indemnisé normalement par la sécu en accident du travail pour peu que son patron le déclare comme tel .

Bravo il s'en est bien tiré et il a raison, c'est l'employeur qui fait la déclaration d'accident du travail donc si il le déclare comme tel…..amen

Si vous en doutez : Code de la Sécurité Sociale, art. L411-1 :
« Est considéré comme accident du travail, quelle qu'en soit la cause, l'accident survenu par le fait ou à l'occasion du travail, à toute personne salariée ou travaillant à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs employeurs ou chefs d'entreprise. »

Bon, ça continue sur le double équipage, ça devient folklorique, le formateur s'embrouille une fois de plus, il mélange les deux réglementations simple et double équipage. On intervient au tableaux et on explique point par point, ça semble déjà plus clair, le calme est revenu…ouf

La journée se termine , les conducteurs repartent, on reste un peu avec notre formateur et on discute, on lui dit d'aller chercher le costard cravate, faut qu'on lui parle.

Il nous fait dire qu'il est très occupé et qu'il n'a pas le temps de venir……ah bon ? C'est pas grave, on débarque dans son bureau, le formateur derrière nous à l'air plutôt ennuyé. En nous voyant renter le directeur raccroche son téléphone, on lui explique ce que nous avons constatés et les interventions que nous avons fait. Nous lui disons que nous ne reviendrons pas pour la troisième journée mais que nous ferons un rapport circonstancié visant à suspendre l'agrément du centre de formation pour les stages encadrés par la DRE pour une durée de trois mois, le temps qu'il remette de l'ordre dans la formation de ses formateurs.

Il se lève et péte un câble, il nous insulte, nous traite de bon à rien etc……on le laisse finir, enfin il se calme et se rassoit.

Nous lui expliquons calmement les faits……insultes aux agents de l'état dans l'exercice de leur fonction, passible de la correctionnelle, l'administration appréciera certainement son comportement irresponsable.

Il a de la répartie le bougre, il nous dit : mais vous ne pouvez rien prouver, vous n'avez pas de témoins

Sauf que moi et mon collègue nous sommes des agents assermentés, donc pas besoin de preuve, notre parole suffit.

Les suites de cette histoire : 6 mois de suspension pour l'agrément du centre, convocation du directeur au siége de la DRE de la région, entretient avec le chef, passage au tribunal correctionnel, 1500 euros d'amende pour les insultes et 500 euros de dommage et intérêt à chacun de nous pour le préjudice moral. Le centre a retrouvé son agrément au bout de 6 mois et à été de nouveau contrôlé ( pas par nous ) il paraît que ça s'est pas trop mal passé

Sans compter que sa hiérarchie à été informé au plus haut niveau de son comportement inadmissible, il a du être certainement félicité.

Voilà encore une facette de notre métier méconnu, travail ordinaire, fonctionnaires ordinaires……en somme rien d'extraordinaire vous en conviendrez.

Si ça vous intéresse on ira voir la prochaine fois comment se passe un contrôle en entreprise car ça aussi c'est un travail qui est méconnu des conducteurs.

Bonne route à toutes et à tous

Cordialement votre ami ( ou ennemi) Ane-onyme

© http://www.fierdetreroutier.com - reproduction interdite